Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Absente la réponse à la question qui demeure, absente la couleur particulière des yeux qui s’étaient posés, absente la vibration qui de l’autre à soi crée l’unique.

 

Absent l’ultime qui crée le chemin, absente l’aurore à la nuit qui vient, absents la voix et le visage révélés.

 

Mais qui est donc Jésus ?

 

Quand on juge par les siècles d’attente et par la brièveté des jours de vie, quand on s’affronte à la mort du condamné et à la discrétion des apparitions, on n’est pas loin de vivre l’aujourd’hui du prophète comme une déchirure. La présence était ; la présence sera, maintenant c’est toujours l’intervalle.

 

L’Ascension n’est pas un phénomène de lévitation ; quand l’homme parle d’élévation dans les nuages, dans les nuées d’un ciel cosmique, il parle des images à la mesure de son esprit : ce n’est pas pour localiser un quelconque paradis, c’est pour signifier l’autre côté du monde, pour rappeler que la résurrection n’est pas un retour à ce monde-ci, mais l’accès à un monde autre, ce qu’on appelle une existence enfin, une extase définitive, une exaltation.

 

(Eric Binet, ABSENCE, DDB, 1976)

 

Partager cet article

Repost 0