Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

    L’Evangile de ce Dimanche propose un chemin :

« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. »

(Les rubriques : Le mot du Dimanche, Préparer le Dimanche sont en ligne)

Je vous partage aussi une page lumineuse du Cardinal Martini qui peut ouvrir des pistes

 

Oui, je veux une Église ouverte, une Église dont les portes sont ouvertes à la

jeunesse, une Église dont le regard est orienté vers un horizon lointain. Ce qui rend

l’Église attrayante, ce n’est pas l’adaptation et les offres tièdes. J’ai confiance dans la

parole radicale de Jésus, que nous devons transposer dans notre monde : en tant

qu’aide à la vie, en tant que Bonne Nouvelle que Jésus veut apporter. « Transposer » ne veut pas dire « banaliser ». C’est par notre vie, avec le courage de l’écoute et de la confession, que la parole de Jésus doit montrer son profil aujourd’hui. Jésus veut soulager ceux qui mènent une vie pénible et ceux qui sont accablés, il veut montrer aux riches leurs possibilités et s’opposer à ceux qui pratiquent l’injustice.

Je suis impressionné par la question de Jésus : Le Fils de l’Homme, lorsqu’il reviendra, rencontrera-t-il la foi sur la terre ? Il ne demande pas : Rencontrerai-je une grande Églisebien organisée ? Il sait apprécier aussi bien une Église pauvre et petite, animée d’une foi puissante et agissant selon cette foi. Nous ne devons pas nous rendre dépendants des chiffres et des résultats. Nous sommes dès lors beaucoup plus libres de suivre l’appel de Jésus. […]

L’Église a toujours besoin de réformes. La force de réformer doit venir de l’intérieur. Ce n’est pas seulement l’individu, mais encore la communauté, c’est-à-dire l’Église locale, qui peut faire en ce sens des exercices spirituels, regarder le chemin parcouru, percevoir les réussites et les fautes commises. Elle peut contempler le chemin de Jésus et se laisser entraîner par lui, se laisser marquer par la mort et la résurrection. De cela résulte la capacité d’avenir et de là vient aussi la réponse à la question : Comment et où a-t-on besoin de nous dans le monde, c’est-à-dire où Jésus veut-il que nous le servions ?

(Cardinal Carlo Maria MARTINI, « Le rêve de Jérusalem », Entretiens avec Georg Sporschill, DDB, 2009)

Partager cet article

Repost 0