Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

samedi-saint.jpgPrès du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on navait encore mis personne. Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, cest là quils déposèrent Jésus. (Jn 19, 41-42)

 

(Maurice Zundel, l’Evangile intérieur, Ed. Saint Augustin, 1991, p 54)

Ce qu'il y a à la fois de si grave et de si grand en l'heure présente, c'est que tous les problèmes comportent, de la manière la plus aiguë, une résonance mystique, engagent le Royaume de Dieu et nous imposent le devoir ineffable d'aider le Dieu crucifié, condamné par notre égoïsme et captif de son amour: en compatissant à sa douleur avant de nous attendrir sur la nôtre, en nous efforçant de guérir cette blessure qui fait saigner son Cœur.

«Mon cœur a attendu l'opprobre et la misère et j'ai cherché quelqu'un pour souffrir avec moi et je ne l'ai point trouvé, quelqu'un qui me consolerait et il n'y eut personne.»

Il est temps d'aller à sa rencontre dans la voie douloureuse où chaque faute humaine l'engage en meurtrissant sa face en l'âme pécheresse. Il faut porter le remède à la racine du mal qui est le refus d'aimer.

Il faut que notre cœur devienne le sacrement du sien, et qu'aucun de nos frères ne puisse se plaindre de n'avoir pas en nous rencontré sa tendresse.

Alors aussi diminuera la douleur et l'ombre qu'elle fait sur le visage de l'Amour.

 

 

Partager cet article

Repost 0