Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Résurrection: une vie unie au Seigneur !

(Guy Lafon, L’Esprit de la lettre, DDB, 2001, p 25)

« Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : 'le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob'. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. » (Lc 20, 38)

Si un successeur d’Abraham, d’Isaac ou de Jacob, ou même de Moïse, dit Seigneur au même Dieu qu’eux, il atteste par là même qu’il appartient déjà à la même vie qu’eux, avant même de les avoir rejoints, avant d’être devenu lui aussi un être passé : ici et maintenant. Car le Seigneur n’est pas un Dieu de cadavres, ou alors, ce qui est impossible, il n’est pas le Seigneur, il n’y a pas à donner ce nom, à l’appeler ainsi, à l’invoquer. Or c’est pourtant ce que nous faisons. Comment ne le ferions-nous pas ?

Et pourquoi donc le faisons-nous ? En vertu d’un principe de concomitance. Dès ce temps-ci, en effet, la vie des vivants n’est pas seulement une vie-à-la-mort : elle est une vie-au-Seigneur ou une vie-à-Dieu. Elle n’est pas seulement une vie qui lutte contre la mort, et en vain, mais aussi, simultanément, une vie qui est unie au Seigneur, à Dieu.

Ainsi donc la résurrection, qui vient en effet après notre mort, est présente aussi en concomitance avec ce temps-ci, mais pourvu que nous appelions Seigneur le Dieu de ceux après qui nous venons, qui ont été vivants comme nous le sommes présentement. Nous sommes actuellement leurs fils, inséparablement, les fils de Dieu, les fils de la résurrection, comme le Dit Jésus.

Tag(s) : #Préparer le Dimanche

Partager cet article

Repost 0